Say Tomorrow

TPE : les freins à la digitalisation

Les TPE françaises sont à la traîne en termes de digitalisation. Say Tomorrow revient sur les principaux freins qui empêchent le passage à l'action.

Novembre 2020

Confinement round 2. Alors que de nombreux commerces et entreprises sont pénalisés par les fermetures, la digitalisation de leur activité devient un enjeu de plus en plus crucial. Mais pourquoi tant de TPE ont encore du mal à passer à l’action ? Say Tomorrow revient sur les résultats de l’enquête menée par OpinionWay pour le compte de la CPME.

Selon l’enquête réalisée par OpinionWay, le frein principal à la mise en place d’une digitalisation de l’entreprise viendrait… des process ! Et oui, ce n’est pas les coûts qui inquiètent le plus les dirigeants mais bien les process.

Pourquoi ? Parce que les dirigeants l’on bien compris : la digitalisation d’une entreprise est avant tout un processus de changement. Changement de paradigme pour analyser ses clients sous l’angle de leurs besoins et non plus uniquement sous celui des savoir-faires dont dispose l’entreprise, changement d’outils de travail, pour gagner du temps et automatiser des tâches à faible valeur ajoutée et changement d’organisation interne, évidement, pour mettre tout le monde au pas.

Empêtrés dans le quotidien et la réalisation de leurs objectifs à court terme, les dirigeants repoussent au maximum le moment fatidique où il faudra affronter ces mutations et l’accompagnement que cela nécessite auprès des équipes.

 

Changer les habitudes : une angoisse récurrente des dirigeants

Changer les process, est-ce vraiment si dur ? On ne va pas se mentir : oui. Par nature, l’être humain a horreur du changement rapide. Tout d’abord, changer demande un processus de deuil, de renonciation à l’existant. Puis une phase d’acclimatation pas toujours confortable…
 
Et si – pour aborder le changement plus sereinement – on commençait par réunir tout le monde autour de la table pour lister tout ce qui ne fonctionne plus aujourd’hui ? Dysfonctionnements récurrents, petits irritants… Faire ce travail en équipe, au delà de la dimension cathartique, va aussi permettre de définir des axes de travail et de clarifier ce que VOUS attendez de la digitalisation de votre entreprise. Pendant la phase de chaos où se superposent perte des anciens repères organisationnels et maîtrise encore balbutiante des nouveaux process, cette ligne de conduite permettra à tous de se souvenir des raisons qui ont conduit au changement et de garder le cap jusqu’à l’assimilation des nouveaux procédés.
 
 

La légitime inquiétude suscitée par la technique

Qui dit numérisation des entreprises dit technologies, bien souvent digitales. Pour beaucoup, cet univers semble opaque tant il évolue vite et demande de maîtriser un ensemble de compétences de plus en plus complexes. Dans ce contexte, comment trouver le bon interlocuteur ? Comment identifier les technologies les plus appropriées à ses besoins réels lorsque personne en interne n’a les compétences techniques nécessaires ? Et comment s’assurer de ne pas se retrouver embarqué dans un la mise en place d’un agrégat de nouveaux outils onéreux ?
 
Tout d’abord, en rationalisant. Quels sont vos vrais besoins et quels sont les bénéfices concrets que vous attendez du projet ? Une fois ces questions éclaircies, interrogez d’autres dirigeants. Pour cela, n’hésitez pas à sortir de votre cercle de contacts habituels et à interroger des personnes que vous ne connaissez pas et qui ne connaissent pas votre activité. Quels outils utilisent-ils ? Comment les exploitent-ils ? En sont-ils satisfaits et pourquoi ? En ont-ils testé d’autres ? Ont-ils de bons contacts de prestataires à vous recommander ? Rien ne vaut le retour d’expérience d’autres utilisateurs pour se faire une idée des options, monter en compétence sur un sujet et démystifier la dimension technique de la digitalisation. Gardez en tête qu’il n’y a pas de solutions miracles mais uniquement des outils qui doivent répondre aux besoins identifiés !
 
 

Le financement des investissements : un sujet sensible

Bien évidement, la dimension budgétaire fait partie du Top 4 des freins à la digitalisation de son entreprise. Et pourtant.. Combien cela coûte t-il de ne pas le faire ? Quels sont les impacts commerciaux pour une entreprise qui ne dispose pas de site internet (si, si, il y en a encore !) ? Quel volume d’opportunités commerciales lui passent sous le nez ? Avant de recruter un nouveau commercial ou d’investir dans un nouvel outil de gestion de la relation client, il convient de poser sa stratégie à plat et de s’assurer que les basiques sont déjà mis en place.
 
Par ailleurs, il existe de nombreux outils gratuits qui permettent déjà aux entreprises d’optimiser leur manière de travailler au quotidien. De même, les organismes spécialisés (CCI, Région, Clubs d’entrepreneurs…) vous seront d’une grande aide pour vous orienter vers les financements possibles et réduire ainsi l’enveloppe budgétaire à consacrer au projet.
 
 

Passer à l’action, oui, mais comment ?

Pour passer à l’action, pas de secret. Il faut organiser le changement. Digitaliser son activité ne s’improvise pas. En effet, de nombreuses facettes de la numérisation d’une entreprise peuvent se retrouver liées : par exemple, retravailler votre offre de produits ou de services vous permettra peut-être d’identifier un nouveau canal de vente ? Les besoins d’automatisation de votre gestion commerciale vous amèneront peut-être à repenser votre processus contractuel ? Avant de vous lancer à corps (et à argent) perdu dans la concrétisation de projets digitaux, il peut être intéressant d‘inscrire ce projet dans un contexte plus général et de rapprocher les actions à mener de votre stratégie globale.
 

En inscrivant le projet de digitalisation au coeur de votre projet d’entreprise, vous pourrez ainsi avoir une vue d’ensemble sur tous les projets transverses à mener dans l’entreprise, prioriser les investissements et planifier la mise en oeuvre des différents lots d’actions identifiés. 

Vous avez besoin d’aide pour organiser votre digitalisation ? Contactez-nous !

Déborah Joncour

Déborah Joncour

Consultante stratégie & marketing

Hey !

Vous souhaitez être tenu au courant de tous les nouveaux articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Inscrivez-vous à notre newsletter